GHANA : un développement économique sur l'exploitation de ses ressources naturelles




(Ecofin Hebdo) - La Banque mondiale, dans son « Commodity Market Outlook » paru en mai dernier, classait le Ghana « premier producteur d’or en Afrique ». Longtemps dauphin de l’Afrique du Sud dans ce classement, l’ex-Gold Coast ravit la vedette à la nation arc-en-ciel au bon moment, alors que l’or a établi un nouveau plancher à 1500 dollars/once. Dans sa montée en puissance, l’or ghanéen doit tirer avec lui les autres matières premières minières encore sous-exploitées que sont le diamant, le fer, le manganèse ou la bauxite. En début d’année Nana Akufo-Addo a annoncé son intention d’appuyer le développement économique du pays sur l’exploitation de ces richesses naturelles. Beaucoup ont essayé... Le Ghana y parviendra-t-il ?



Le secteur minier ghanéen est assez bien régulé pour permettre au pays de tirer profit de ses richesses. Depuis sa libéralisation en 1983, le régime juridique auquel est soumise l’industrie minière est assez stable. Les mines sont ainsi, depuis plusieurs années, l’une des premières sources de recettes directes collectées par la Ghana Revenue Authority (GRA), l’organe qui supervise, avec le ministère des Finances et la Banque centrale, les aspects fiscaux de cette régulation.



La suite 👉ECOFIN






Commentaires

Articles les plus consultés